LE COL DES GOULES

           A l'angle sud-ouest du plateau de Gergovie existe un étroit passage reliant le plateau aux hauteurs de Rizolles, c'est le col des Goules (698 m). Le nom de ce col ne vient pas des goules, ces démons femelles attaquant les voyageurs, mais plutôt du mot goulet désignant un passage étroit dans les montagnes. On trouve également l'expression "collet des Goules" et, plus fréquemment, "passage des Goules".

 

Le secteur du col des Goules n'avait fait l'objet d'aucune recherche des fouilleurs anciens. Notre association mène depuis plusieurs années des prospections dans les labours et, en 2011, a lançé une prospection avec détecteur de métaux, réalisée par Daniel Leguet.

La route qui a permis de tous temps l'accès le plus facile à Gergovie prend naissance au col d'Opme plus à l'ouest en contrebas du massif de Rizolles. Arrivée au col des Goules, elle se divisait en deux : une partie à droite menait à Jussat, l'autre continuait tout droit, rejointe à son extrémité nord par le chemin venant de Merdogne (village de Gergovie actuel). C'est à cette jonction qu'aboutissait un sentier extrêmement raide qui empruntait le ravin de Chabraux, sentier désigné dans l'ancien cadastre comme le chemin de Romagnat à Chanonat. C'est dans ce secteur et sur le col même que les recherches de Daniel Leguet se sont concentrées.

Parcelle prospectée

LE BOIS DES GOULES ( RAVIN DE CHABRAUX )

 

Le chemin le plus court pour les piétons pour aller de Romagnat au plateau empruntait jusqu'à une époque récente le ravin de Chabraux. En dehors du chemin ancien on trouve plusieurs pistes plus ou moins modernes, les dernières ayant été crées par une activité intermittente de moto-cross. Sur cette vaste parcelle, nous avons pu mettre en évidence une zone relativement riche en vestiges métalliques antiques, zone étroite, semblant grossièrement limitée par le vieux chemin. Le reste de la parcelle n'a révélé que des vestiges d'une fréquentation médiévo-moderne et contemporaine.

 

LES VESTIGES ANTIQUES

 

Il s'agit en quasi totalité d'objets en fer certes peu spectaculaires, mais qui apportent cependant des informations intérressantes pour l'occupation du site des Goules. 

Des clous par centaines...!

Ils constituent l'essentiel des découvertes, près de 400. Il s'agit des clous qui garnissaient les semelles des légionnaires romains. L'archéologie a pu mettre en évidence depuis longtemps l'existence d'un certain modèle de clous de chaussure militaire très caractéristique. Sur les sites de batailles de la guerre des Gaules comme Alésia et Uxellodunum, mais aussi dans les camps de périodes postérieures, on a retrouvé en quantité ces clous de fer qui renforçaient la  semelle des caligae, les sandales des soldats romains. Ceux découverts au bois des Goules présentent deux types :  une  croix avec  ou sans globules dans les  cantons  pour le premier,  des  globules seuls disposés

en  cercle  pour  le  second.  Le  modéle  à   la   croix  étant  plus

fréquent  pour la  période  de  la  guerre des  Gaules,  le  second

est lui plus courant sous le régne d'Auguste.

 

Les clous retrouvés dans  le bois  des Goules  seraient  donc  en

majorité d'époque Augustéenne.

Fibules.

Toutes sont en fer et appartiennent à deux types distincts. Le premier (1 à 7) se rattache au type 2a de la classification des fibules par Feugère qui situe leur utilisation surtout dans la deuxième moitié du 1er s. av.JC, mais le modéle est apparu plus tôt, plusieurs fragments de fibule en fer de ce type Feugère 2a sont mentionnés dans les découvertes d'Alésia.

Pour le second type (8), il s'agit d'une fibule de la Tène moyenne période 2b très voisine d'un exemplaire découvert sur le site du Patural daté de 160-140/130 av.JC.

Militaria.

Toujours en fer et très fragmentées quelques découvertes proviennent de restes d'équipements militaires. On trouve des fragments de ceinture :

- Boucle et ardillon (2-3) 

- Anneaux (18 à 21)

Des restes de bouclier :

- Orle de bouclier (1)

 

Viennent ensuite des déchets de fabrications qui attestent d'une activité de forge (23 à 26).

Une extrémité d'aiguillon (11). 

Puis l'ensemble des indéterminés : restes d'extrémités de pointes, possibles alênes (outil pour percer le cuir), petites plaques, clous forgés. Ces clous de dimension moyenne ont été recueillis partout sur la parcelle, mais ils ne sont pas caractéristiques et ne peuvent être datés.

 

 

Pointe d'Alésia.

Découvert lui aussi à proximité du vieux chemin cet objet (1) correspond à des découvertes faites lors des fouilles d'Alésia et identifiées par Reddé comme des alênes de grandes dimensions. Or, dans un article paru dans les actes de la table ronde organisée à Bibracte sur les militaria tardo-républicains, Alain Deyber présente, lui, ces grands traits d'Alésia comme des pointes de projectiles tirés par de grand arcs, voir des machines, sans exclure leur appartenance à des javelos. Alêne ou militaria, nous ne nous prononcerons pas, mais il s'agit bien du type d'objet rencontré à Alésia.

 

- Travail de la forge (2-3-4)

 

Pointe d'Alésia

Quelques objets non ferrreux ont également été recueillis :

 

- Anneau en alliage cuivreux

- Cercle de bronze

- Fragment de tôle de bronze

- Une monnaie de bronze (possible quart d'as de Nimes)

 

 

LE COL DES GOULES (PROSPECTION SUR CHAMPS CULTIVÉS)

 

La prospection s'est déroulée à l'extrémité nord du col des Goules entre la route actuelle et l'ancienne qui subsiste au sud sous forme d'un vieux chemin formant la limite entre Romagnat et la Roche-Blanche. Les contraintes de culture nous ont fait réaliser cette opération entre la récolte et les semailles sur ce champ composé en fait de trois parcelles, mais cultivé en céréales par le même fermier. Sur ces parcelles planes Daniel Leguet a pu établir, au début, un quadrillage (carrés de 10 m) qui a permis d'établir sur le plan la densité des vestiges métalliques découverts.

 

LES VESTIGES ANTIQUES

 

Toujours des clous de caligae !

Comme dans la prospection du bois des Goules des clous de galicae ont été recueillis en grand nombre, attestant de l'importance de la fréquentation militaire du secteur. Leur étude présente de grandes similitudes avec la précédente. Sur 116 recueillis, 62 gardaient des décors identifiables, mais l'ensemble de ces clous étant similaire à celui des spécimens retenus pour leur décor, nous pensons que la totalité d'entre eux représent bien des clous de caligae.

A l'instar du bois des Goules, nous sommes ici en présence d'un ensemble plutôt tardo-républicain.

Fibules.

- Fragment de "fibule à queue de paon", Feugère 18a2, (1)

- Ebauche de fibule ou de bracelet (2)

 

Agrafe de harnais (3)

Ces agrafes sont caractéristiques d'un type de décor attesté sur les camps romains du Ier siècle av.JC.

 

Fragment d'une boucle de cingulum (4)

 

Clou en bronze (5), en cuivre (7), tige torsadée en plomb (8).

Fragment de fibule à queue de paon

Type Feugère 18a2

Agrafe de harnais

Aiguillons.

Trois pique-boeufs ont été retrouvés (1-2-3). Ils étaient formés d'une tige dont la base était enroulée sur elle-même, fixés de minces tiges de bois, et étaient utilisés, selon les textes et les représentations antiques, pour mener le bétail ou encore les troupes d'esclaves. Un exemplaire a été trouvé au bois des Goules. Leur usage déjà attesté dans le monde celtique s'est poursuivi à l'époque romaine. Plusieurs de ces aiguillons ont été retrouvés dans les fouilles des camps romains d'Alésia ou encore à Corent près du temple.

 

Perle en fer (4). Des perles en fer ont été découvertes à Alésia avec ou sans décor.

 

Anneaux (5 à 7), alêne de cordonnier (12), tige torsadée (13), fiches divers (14 et 15).

Possible fragment d'orle de bouclier (5).

Renfort de moyeu de char (7).

Pendants (3 et 4).

 

 

 

Ont également été recueillis des scories, des débris de forgeages divers, de petits blocs, une plaque pour le même usage rappelant les découvertes similaires du bois des Goules.

Les monnaies antiques.

 

- Une petite monnaie gauloise est un quinaire, frappé par les Éduens. Une monnaie de ce type (LT XV 4886) a été retrouvée à Alésia.

- Petite monnaie d'argent. Illisible. Le poids s'approche de celui d'une monnaie de Massilia, la drachme. Imitation des peuples voisins ?

- Monnaie de Vienne (36 av. JC).

- Monnaie GERMANUS INDUTILLI (Ier s. av. JC).

- Deux monnaies Arverne VERCA (Ier s. av. JC).

- Monnaie de bronze, quadrans à l'aigle d'Auguste (vers 10-15 av. JC).

- Bronze illisible (peut-être une monnaie d'Auguste ?).

- Bronze à la légende GLORIA EXERCITUS (330-348 ap. JC).

- Bronze à la légende REPARATIO REI PUB (381-388 apr. JC).

 

Quinaire Éduen

DES OSSEMENTS DE CHEVAUX

AUX GOULES

 

     P.P. Mathieu note dans son ouvrage sur Gergovie une découverte intrigante faite dans le secteur des Goules. "Au dessus de Romagnat, M. l'architecte Taché a rencontré au sommet du Puy des Goules deux mètres cubes d'ossements de chevaux, dans un espace d'environ dix mètres carrés, et il s'est assuré que le gisement s'étend sur une assez grande surface. Cette découverte n'indiquerait-elle pas les derrières de la place ? Car il est prudent de dérober aux regards de l'ennemi les pertes que l'on a faites..."