LE PRÉ DU LAC

         Il y avait un lac à Gergovie dont le souvenir s'est conservé dans la toponymie.  Situé au lieu-dit "Pré du Lac", sur la terrasse inférieure nord, il est aujourd'hui asséché. Cet assèchement est dû aux captages des sources qui l'alimentaient, au profit de la commune d'Aubière.

 

Ce lac est décrit assez précisément dans un texte de P.P. Mathieu en 1864.

P.P. Mathieu.

Mémoire de l'académie de Clermont, tome 6, 1864 :

 

"Les sources d'eau vive abondaient au midi, et surtout au nord de la montagne, où l'on en compte quatre, dont deux n'ont cessé, malgré la sécheresse de l'année dernière, de fournir la même quantité d'eau. (...)

A cent mêtres plus à l'est, on voit, parmi des blocs de pierre, jaillir une source magnifique sous un bosquet de noyers. Elle forme un petit ruisseau, qui, grossi du tribut de plusieurs autres sources moins abondantes descend, à quelques pas au nord-est, dans une vaste dépression elliptique, du milieu de laquelle s'élève une espèce d'île, dont les côtés sont parallèles à ceux de l'excavation. C'est un lac évidemment creusé de main d'homme, pour le service de la place, et dont on a relevé simplement les déblais au centre. Il peut avoir 150m sur le grand axe et 50 sur le petit. Malgré les tentatives qu'a faites la spéculation pour le convertir en prairie, ce n'est, à peu de choses près qu'un marais, où croissent de beaux joncs et de superbes roseaux : il est le récipient de toutes les eaux qui sourdent sur cette seconde assise de la montagne"

 

Le lac (en haut au centre) sur la carte des fouilles d'Aucler en 1861 (M.M. Gorce - Vercingetorix chef des Gaulois - 1935. Payot. Paris)

LE PRÈ DU LAC

SOURCE FONTMORT

SOURCE DU CHIEN

Photo Google Earth

1

Bacs de la source Fontmort    (1)

Photo P. Breuil - Cliquez sur l'image

Captage de la source Fontmort      (2)

Le lac est encore parfaitement visible sur les photos satellites, où il a laissé une empreinte plus sombre dans le paysage, due à l'humidité et à la différence de végétation.

L'île évoquée par P.P. Mathieu l'est également ainsi que les joncs et roseaux, qui occupent et colonisent toujours cette vaste dépression.

 

Le "Pré du Lac" ainsi que "l'abreuvoir gaulois" sont à l'heure actuelle en cours d'étude. Une équipe de Géolab de l'université de Blaise Pascal à Clermont-Ferrand y a pratiqué une série de carottages en 2016, dont le but est l'étude des sédiments.

 

En bordure immédiate du lac se trouve la source Fontmort  qui est aujourd'hui captée (2) et qui contribue à alimenter les milliers d'habitants de la petite ville d'Aubières.

 

En contre partie, pour palier au manque d'eau et ne pas nuire aux éleveurs de troupeaux, la ville a fait construire une série de bacs (1) où viennent toujours s'abreuver les animaux. 

 

 

Le réseau de captage en ligne de ces sources (Fontclaire, Fontmort, du Chien et du Prat) fournit une quantité d'eau très importante.

Captage de la source des Chiens

ÉTUDE DU LAC PAR L'ÉQUIPE "GEOLAB"

(UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL DE CLERMONT-FERRAND) 

Au mois de mars 2016, l'équipe de GEOLAB, dirigée par Yannick Miras (chercheur) et Alfredo Mayoral (doctorant Géoarchéologie), s'est rendue au lieu-dit "Le Pré du Lac" pour assurer l'étude de l'ancien lac qui occupait cette petite dépression. Ils étaient accompagnés de l'archéologue Peter Jud et de membres de l'ASG.

 

Un carottage a été effectué à peu près au milieu de l'espace occupé jadis par le lac, à un endroit jugé propice par les membres de l'équipe.

 

Ce carottage a atteint la profondeur surprenante de plus de 4,20 mètres. Il représente la première étape de l'étude du lac et sera suivie d'autres actions qui utiliseront des moyens techniques supérieurs.

Yannick Miras, Alfredo Mayoral et les membres de l'équipe de Geolab lors du premier carottage au lieu-dit "Le Pré du Lac".

Les chercheurs dans la dépression du lac au "Pré du Lac".